The Evil Within 2 – Les créateurs de la bande dessinée

25.07.17

Sebastian Castellanos n'a pas vraiment une vie de contes de fées. Sa famille a été déchirée, tous ses amis sont morts ou portés disparus, et il est actuellement “entre deux boulots.” Oh, il a aussi été plongé dans un cauchemar infernal et personne ne croit à son histoire, ce qui l'a rendu très légèrement fou. Mais avant de perdre son emploi, lorsqu'il était encore inspecteur dans la police de Krimson City, il a enquêté sur une affaire très étrange, qui pourrait bien être liée à ses mésaventures à l'hôpital psychiatrique Beacon. La série de bandes dessinées The Evil Within prend place avant les évènements de The Evil Within 2, et raconte l'histoire de cette drôle d'affaire. Nous avons parlé avec l'auteur de bandes dessinées Ryan O’Sullivan (Warhammer 40,000: Dawn of War III, Turncoat) et les dessinateurs Damien Worm (The October Faction) et Szymon Kudranski (30 Days of Night Annual, Spawn) au sujet de leur travail sur The Evil Within et de la façon dont cette bande dessinée fait la connexion entre les deux jeux. Le premier tome sera disponible le 6 septembre, et The Evil Within 2 sortira le vendredi 13 octobre 2017 sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

TEW2 ComicBook VariantCovers 730x549

Quelle est votre histoire dans le genre horreur ?

RYAN :
Je prends peur facilement, ce qui fait de moi le meilleur fan d'horreur, ou le pire. Hitchcock est un de mes préférés, je crois que j'ai vu la plupart de ses films plusieurs fois, ce qui ne me ressemble pas. Je ne suis pas forcément un grand fan de cinéma, mais je pense que la manière dont Hitchcock entre dans votre esprit et vous contrôle me parle vraiment. Je suis aussi un grand fan des films Saw, parce qu'ils sont presque l'anti-Hitchcock. Ils sont gores, et remplis de conspirations, ils font honteusement partie de la pop culture. J'ai trouvé que le premier jeu The Evil Within s'inspirait de ces deux influences, il y avait vraiment une sensibilité qui m'a parlé.

En dehors du cinéma, je suis un grand fan d'horreur. Les romans gothiques classiques, comme Frankenstein et Dracula ont été très importants pour moi. Les bandes dessinées, un peu moins, car il n'y a pas beaucoup de bandes dessinées d'horreur que je considèrerais véritablement terrifiantes (la plupart d'entre elles sont simplement des bandes dessinées d'aventure avec une esthétique d'horreur). Les mangas, par contre, peuvent être absolument terrifiants. Junji Ito est une de mes plus grandes influences. La plupart des techniques qu'il utilise dans son travail se retrouvent dans The Evil Within. J'aime aussi beaucoup le travail de Kazuo Umezu, mais je n'ai pas lu autant de ses œuvres que je le voudrais.

DAMIEN :
Je dessine des bandes dessinées d'horreur depuis 4 ans. Avant cela, pour autant que je me souvienne, je ne dessinais que des créatures macabres et horrifiantes. Je suis très à l'aise dans le genre horreur. C'est vraiment mon truc !

SZYMON :
L'horreur est un genre très créatif, qui m'a attiré très jeune. Au-delà des émotions et de la tension grandissante, il faut que ce soit attirant visuellement. Créativement, c'est un défi.

Et les jeux d'horreur ?

RYAN :
Les Resident Evils, les Silent Hills, les Dead Spaces, les System Shocks, Alone in the Dark, Amnesia, et ces jeux sur le Slenderman dont je ne me souviens pas du nom. J'ai joué à peu près à tous les basiques du genre. Mes préférés sont les mélanges de survival horror et de pure terreur narrative. The Evil Within a l'air d'avoir été écrit pour moi.

Les jeux d'horreur sont beaucoup plus effrayants que tous les autres supports. Je pense que c'est le support le plus actif, vous êtes dans le jeu, vous réagissez physiquement à des choses terrifiantes, alors qu'avec les livres, les bandes dessinées et les films, vous êtes beaucoup plus passif. Je suis vraiment impatient de voir quel type de jeu d'horreur la révolution de la RV va nous apporter.

DAMIEN :
J'ai toujours été un grand fan de jeux d'horreur. Survival horror, jeux d'aventures d'horreur... Certains titres sont de véritables œuvres d'art, The Evil Within inclus.

SZYMON :
Ma première expérience avec un jeu d'horreur a été sur Resident Evil. C'est ainsi que j'ai accroché au genre. Mes autres préférés sont Silent Hill et Dino Crisis. C'était la fin des années 90, et les jeux d'horreur vous aspiraient dans leurs histoires effrénées. C'est quelque chose de très amusant pour tous les adolescents.

Vous connaissiez bien The Evil Within lorsque vous avez commencé à travailler sur le projet ?

RYAN :
Oh oui. J'ai eu la sensation qu'il s'agissait de tous les jeux vidéos d'horreur auxquels j'ai joué rassemblés. Pour moi, il s'agit clairement du roi des jeux d'horreur. J'ai grandi en jouant à Resident Evil, et je pense que The Evil Within en est le successeur spirituel. Ce jeu m'a rendu très nostalgique.

DAMIEN :
Bien sûr ! J'ai fini le jeu plusieurs fois, et je l'ai adoré. Je me souviens du jour où il a été annoncé, j'étais surexcité.

SZYMON :
Sachant que Shinji Mikami travaillait sur le projet, j'ai joué à The Evil Within dès sa sortie, et j'ai adoré.

TEW2 ComicBook Pg4-5 730x436

À quel moment de l'histoire de The Evil Within se positionne cette aventure ? De quoi la bande dessinée parle-t-elle ?

RYAN :
La bande dessinée The Evil Within se situe entre The Evil Within et The Evil Within 2. Nous y suivons Sebastian dans sa poursuite d'un tueur en série qui tue de la même façon que Ruvik (ça n'a aucun sens... Ruvik tuait des gens dans le STEM, comment ce nouveau tueur peut-il faire la même chose dans le monde réel ?). Cette bande dessinée est une histoire à part, et je voulais que ce soit personnel, éloigné de la grande conspiration présente dans les deux jeux.

Je souhaitais explorer l'esprit de Sebastian. Je voulais découvrir comme il gérait les évènements du premier jeu. Il se promenait dans la tête de quelqu'un, en affrontant des monstres, et en devant constamment fuir pour survivre. Qu'est-ce que cela fait à quelqu'un ? Je sais que le second jeu plonge directement dans l'action, donc je me suis dit qu'une série de bandes dessinées qui offrait une pause à Sebastian, une chance de réfléchir, serait intéressante. Évidemment, ce n'est pas une pause très relaxante, il a un tueur en série à pourchasser !

Avez-vous une scène ou un personnage préféré dans la bande dessinée ?

RYAN :
Sebastian est de loin mon personnage préféré de la bande dessinée. Toute la série se base sur l'idée que tout pourrait se passer dans sa tête. Vous ne pouvez pas bidouiller dans la tête d'un personnage de fiction sans vous attacher énormément à lui. Je me souviens d'avoir vu la bande-annonce du second jeu, après avoir fini tous les scripts pour la bande dessinée, et je me suis surpris à être du côté de Sebastian, bien plus qu'à mon habitude avec les personnages de jeux vidéos. J'espère qu'il aura une fin heureuse. Il a traversé tant d'épreuves.

Je sais que Shinji Mikami est un grand fan d'Inception, et cela se remarque dans The Evil Within. Mes scènes préférées du jeu sont les premières, celles où tout est en pagaille, et les transitions entre les scènes sont toutes désordonnées d'un point de vue narratif. L'idée que nous, en tant que joueurs, allions devoir tout remettre en ordre, c'était ma partie préférée. Cela rappelait vraiment un rêve, c'était comme être dans l'esprit de quelqu'un d'autre. Donc je pense que les parties de la bande dessinée où j'ai réussi à reproduire ceci sont mes préférées.

DAMIEN :
Je pense que ce sont les scènes avec le Gardien. J'ai aussi aimé les scènes avec le manoir qui brûle.

SZYMON :
La scène du “Cabanon”.

TEW2 ComicBook Pg8-9 730x482

Avez-vous déjà fait des cauchemars bizarres en travaillant sur des projets d'horreur ? Des cauchemars sur The Evil Within ?

RYAN :
Ce n'était pas vraiment un cauchemar mais j'ai vécu une expérience étrange. Après avoir été appelé pour écrire la bande dessinée, j'ai décidé de rejouer au jeu pour me le remettre en mémoire (puisque je n'y avais plus joué depuis sa sortie, il y a environ deux ans). Cela m'a pris quelques jours, mais jouer à des jeux vidéos professionnellement est un rêve pour moi, donc je n'y ai pas investi mon temps pour rien. J'avais tout juste terminé un niveau, vers 3 heures du matin, j'ai éteint mon ordinateur, marché (en surveillant mes arrières, évidemment) jusqu'à mon lit, et je me suis endormi. Enfin, j'ai essayé.

Je suis là, au lit, et j'essaye de calmer mes nerfs après avoir joué à un jeu terrifiant pendant 10 heures d'affilée. Et alors que je suis au lit, j'entends ce que je pense être un oiseau s'écraser sur ma fenêtre. Le “bang” ne m'a pas fait peur, mais ce qui s'est passé ensuite, oui. “L'oiseau” a commencé à GRATTER À LA FENÊTRE pendant 30 bonnes secondes ! Ce n'était pas terrifiant, j'avais bien trop d'adrénaline dans les veines pour avoir peur. Et puis je venais de jouer à The Evil Within pendant 10 heures. Ma réaction automatique à quelque chose d'effrayant était d'essayer de nier ma peur. Alors je suis resté là, à écouter cet oiseau-démon gratter à ma fenêtre, tout à fait conscient que j'aurais dû être terrifié. Au bout d'un moment, cet enfoiré à plumes à décidé qu'il avait d'autres auteurs de bandes dessinées innocents à tourmenter, et il s'est envolé. J'ai donc fait ce que tout adulte responsable aurait fait : j'ai rallumé mon ordinateur, et j'ai lancé The Evil Within. Le jeu était venu me chercher. L'oiseau était un message, qui exigeait une réponse.

J'ai bien regardé ma fenêtre le lendemain, et elle était couverte de griffures. Ce qui est étrange, c'est ce que je viens de regarder à nouveau, et il n'y a rien.

Peut-être que tout s'est passé dans ma tête.

SZYMON :
Vous voulez parler du mec obèse, à moitié nu avec un masque de ski, qui m'a fixé par la fenêtre tout le temps où je travaillais sur The Evil Within ? En dehors de ça... Non. Honnêtement, The Evil Within, c'est amusant. L'horreur, la vraie, c'est... Comment je vais payer mes factures si j'ai déjà dépensé tout mon argent pour acheter des jeux et des bandes dessinées d'horreur ?

Pour plus d'informations sur The Evil Within 2, découvrez ces articles et vidéos :
The Evil Within 2 – FAQ Histoire
The Evil Within 2 – Bande-annonce de gameplay “Survie”
13 choses à savoir sur The Evil Within 2
The Evil Within 2 – Retour dans le cauchemar